Pages: << 1 ... 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 >>

09.02.09

Permalien 22:37:26, par Serge Babary Email , 338 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

LA MORT DE LA TAXE PROFESSIONNELLE ... ENFIN !

"La taxe professionnelle sera supprimée en 2010" a déclaré le Président SARKOZY le 5 février dernier, pour qui cette mesure est indispensable à la survie de l'industrie.
Créée en 1975 par Jacques CHIRAC cet impôt a toujours été critiqué car il pénalise particulièrement les entreprises du secteur de l'industrie, de l'énergie et des transports étant basé sur la valeur locative des biens immobiliers d'une part et les équipements et biens mobiliers d'autre part, c'est-à-dire les biens consacrés à la PRODUCTION.
Qualifié d' "impôt imbécile" par François MITTERAND, c'est Dominique STRAUSS-KAHN qui a engagé au début des années 2000 la suppression de la part salariale de la TP, très pénalisante pour l'emploi.
Le caractère anti-économique de cette taxe est ainsi démontré puisqu'elle pénalisait l'EMPLOI et l'INVESTISSEMENT PRODUCTIF !
Taxer lourdement la production et le travail revient à subventionner les importations en donnant un avantage compétitif par les prix à des produits qui ne supportent pas les mêmes impôts et charges que les entreprises françaises !

Je me souviens que jeune créateur d'entreprise, à la création de cette taxe absurde, j'avais vigoureusement interpellé les élus de la municipalité de TOURS pour dénoncer les taux pratiqués lors de la mise en place de cet impôt. Je n'ai jamais totalement oublié cette prise de position de l'époque et, à de nombeuses reprises, je suis intervenu, pour signifier la logique destructrice de cette Taxe Professionnelle.
Tous ont rêvé de la supprimer, Nicolas SARKOZY le fait ! Tant mieux !
A ceux qui s'inquiètent du risque sur le financement des collectivités locales on peut rétorquer, sans risque d'erreur, que l'imagination dans le domaine fiscal est telle, qu'une solution de remplacement sera évidement mise en place !
On peut simplement souhaiter que la charge pour les entreprises n'aura pas les inconvénients décrits ici : UN IMPOT QUI DISSUADE LES ENTREPRISES FRANCAISE DE PRODUIRE DANS LE PAYS, ET LES ENTREPRISES ETRANGERES D'INVESTIR EN FRANCE !

08.02.09

Permalien 22:55:03, par Serge Babary Email , 246 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

TOUJOURS PLUS HAUT !

Victime de la crise financière, la construction du plus haut immeuble d'Amérique latine vient d'être suspendue à Santiago du Chili. Cette tour futuriste de 70 étages et 300 mètres de haut, aux deux tiers inachevée devait dominer un gigantesque centre d'affaire d'un coût de 465 millions d'euros.
Le contexte économique a eu raison de ce projet grandiose dont la "rentabilité" n'apparaissait plus assurée à court terme.
Ces six derniers mois, la crise a déjà conduit au gel de la construction de gratte-ciel censés battre le record de hauteur dans le monde (Tour Nakheel à Dubaï, 1.000 mètres!) en Europe (Tour de Russie à Moscou, 612 mètres) et en Amérique du Nord (Tour Spire à Chicago, 610 mètres).
A fin décembre 2008, 124 chantiers concernant des gratte-ciel étaient stoppés dans le monde ce qui confirme l'ampleur de la course au gigantisme dans ce domaine ; on peut tout de même s'interroger sur un tel développement, bien loin du "développement durable" que les aménagements urbains doivent maintenant respecter scrupuleusement.
On connaît les coûts en énergie et en matériaux de telles constructions dont le seul objectif semble être l'orgueil démesuré de leurs promoteurs !

"Allons ! Au travail pour bâtir une ville, avec une tour dont le sommet touche au ciel ! Ainsi nous deviendrons célèbres ..." : dans la Genèse déjà la Tour de Babel symbolisait l'orgueil incommensurable des hommes... et à chaque fois une crise pour y mettre fin.

28.01.09

Permalien 20:30:42, par Serge Babary Email , 440 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

UNE GREVE : POUR QUOI FAIRE ?

L'appel à la grève par l'ensemble des syndicats pour le 29 Janvier devrait toucher tous les secteurs de l'économie et de l'administration.
Les slogans, répétés à l'envie sur toutes les chaînes de télévision et à la radio par les "leaders" syndicaux de toutes obédiences, sont archi-connus :
"POUR LA DEFENSE DE L'EMPLOI ET DU POUVOIR D'ACHAT".
Qui peut sérieusement être opposé à une telle revendication ?
Une chose est de l'exprimer, une autre d'obtenir satisfaction ....

Tout d'abord l'EMPLOI : La crainte compréhensive, c'est le retour du chômage de masse, conséquence malheureusement prévisible de la crise financière et économique. Tout le monde supporte et regrette cette situation mais il ne sert à rien de MANIFESTER contre une crise internationale ; la seule réponse c'est l'action pour la RELANCE de l'économie et la reprise du flux financier par le système bancaire. Les manifestants exprimeront donc plutôt leur refus du plan de relance lançé par le Président de la République et le Gouvernement. Mais l'EMPLOI, dans le secteur privé (le secteur marchand) ne se décrète pas : si l'activité économique sombre, les salariés sont menacés. Quel PLAN ALTERNATIF se présente à nous ?
Dans le secteur public, la défense de l'EMPLOI c'est d'abord le refus de voir diminuer le nombre de fonctionnaires alors que cette réforme est IMPERATIVE, tant le poids de la fonction public est disproportionné en France par rapport à tous les autres pays développés, entraînant pour l'Etat l'impossibilité d'en assurer la charge.

LE POUVOIR D'ACHAT : La hausse des prix, parfois le gel des salaires, la précarité de nombreux emplois expliquent la dégradation du climat social. Un sentiment d'injustice peut naître des conséquences du plan de relance qui favorise l'investissement aux dépens du pouvoir d'achat des salariés. Mais l'ETAT pour le secteur public et les ENTREPRISES pour le secteur marchand sont-ils en situation de répondre à une exigence d'augmentation des salaires ? Peut-on raisonnablement imaginer que leur situation financière le permet ? Evidemment NON.

Les syndicats prennent donc une très grande responsabilité sociale en agitant des slogans qui n'ouvrent malheureusement sur aucune perspective crédible. Ils ouvrent simplement la voie à l'expression d'un ras-le-bol généralisé et à une colère froide des salariés en plein désarroi. Les tentatives de récupération de ce mouvement par le PS qui ne souhaite pas se faire doubler par l'extrême gauche dans l'accompagnement de ces manifestations indiquent bien les limites de l'exercice. Attention de ne pas allumer un feu qu'aucun politique responsable n'est en mesure de maîtriser !

18.01.09

Permalien 21:08:02, par Serge Babary Email , 426 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

DEPARTEMENT : BUDGET CATASTROPHIQUE

Tout a été dit sur le caractère inacceptable du Budget présenté pour 2009 par la majorité socialiste du Conseil Général.
Après le jugement sévère porté par "l'ancien" premier Vice-président Philippe LE BRETON et son refus d'être présent pour le vote du budget ainsi que l'absence d'un second Vice-président, Alain MICHEL, Claude ROIRON n'en a pas terminé avec les difficultés !
En effet, en début de séance, les 15 membres de notre groupe d'opposition quittaient la salle de délibération pour dénoncer les vices de forme dans la présentation de ce budget et tout particulièrement le non-respect des délais de transmissions des documents budgétaires.
Dans ces conditions, et en attendant la décision du Tribunal administratif pouvant invalider cette déllibération, la majorité socialiste (19 membres) a voté toute seule SON budget !
La flagornerie des différents intervenants s'est donnée libre cours : "un budget voté sans état d'âme", "un budget de résistance", "un budget sincère, de combat et d'espoir" !!!! ainsi se sont déchainés dans une belle unanimité les membres présents sans se soucier des CONSEQUENCES CATASTROPHIQUES DE LEUR DECISION POUR NOTRE DEPARTEMENT !
On a pu aussi pénétrer dans "l'intimité fiscale" de certains conseillers généraux : Gérard GERNOT et Martine CHAIGNEAU nous ont précisé que cette hausse d'impots ( + 12%) ne représentait finalement pour leur taxe d'habitation qu'une hausse de 25 euros ! Ce genre d'argument est évidement stupide car si 25 euros de hausse c'est peu, 50 euros ce n'est pas beaucoup non plus ... alors pourquoi ne pas augmenter de.... + 24 % !
A ce compte là, on peut aussi mensualiser la hausse, par exemple 10 euros par mois, ce n'est pas non plus beaucoup ! Il suffirait d'augmenter alors de + 51 % !!!!!! Bref tout celà est ridicule.
Plus sérieusement, une PME qui paie une taxe professionnelle annuelle de 25.000 euros, subissant cette hausse soit disant minime de + 12 % va voir la ponction fiscale augmenter de ..... 3.000 euros pour l'année ; et là, ce n'est pas rien ! Qu'en pensent les bienheureux défenseurs de cette hausse invraisemblable ?
Je l'ai dit lors de la conférence de presse à l'issue de notre "coup d'éclat", je le répète ici : "Les chefs d'entreprise du département sont très remontés contre le conseil général".
HAUSSE DE LA FISCALITE - BAISSE DE L'INVESTISSEMENT - AUGMENTATION DES FRAIS DE FONCTIONNEMENT - EMBAUCHES MASSIVES (70 postes !)....
il était IMPERATIF de demander l'annulation de ce budget calamiteux et exiger l'invalidation de sa délibération.

15.01.09

Permalien 22:50:41, par Serge Babary Email , 656 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

CONSEIL GENERAL : UN BUDGET "DANGEREUX"

Un budget "dangereux", c'est ainsi que le 1er Vice-Président du Conseil Général en charge des finances a qualifié le projet de budget 2009 !
Chacun connaît maintenant le "divorce" entre la Présidente Claude ROIRON et deux de ses vice-présidents (Philippe LE BRETON - Maire de JOUE-LES-TOURS et Alain MICHEL - Maire de LA RICHE).
Il est vrai que depuis 10 mois qu'ils sont élus, les conseillers généraux socialistes subissent une "centralisation extrême" et une "gouvernance autoritaire" selon les deux intéressés. "On ne traite pas les élus de cette façon-là !" insiste Philippe LE BRETON.
Le département d'Indre-et-Loire est d'ailleurs le seul département où, dix mois après leur élection, les vice-présidents n'ont toujours pas reçu leur délégation de signature, les obligeant à tout faire "viser" par la présidente ! Bonjour la confiance..... et bonjour l'efficacité !
Quoiqu'il en soit, le projet de budget 2009 et le taux annoncé de hausse de la fiscalité ( + 12%) a entraîné cette cassure dans l'équipe socialiste.
On est en présence d'une augmentation fiscale en contradiction avec les engagements de campagne de la candidate C.ROIRON en mars 2008, en contradiction également avec les exigences économiques du moment et en contradiction enfin avec TOUTES les décisions fiscales des autres collectivités locales PS (Région et Tour(s)plus!).
1) Des engagements de campagne non tenus, mais UNE AUGMENTATION POUR QUOI FAIRE ?
- pas pour investir (diminution de 6 millions d'euros) alors que les entreprises attendent les commandes des collectivités locales pour maintenir leur activité dans cette période de crise.
- mais pour payer des dépenses de fonctionnement, un "dérapage dangereux de la masse salariale" (création de 78 postes -je confirme : 78 postes !), et des dépenses somptuaires d'aménagement et de réception !
"QUAND TOUT LE MONDE SE SERRE LA CEINTURE, IL FAUT MONTRER L'EXEMPLE" !

2) Augmentation des charges des entreprises + diminution des investissements du département = DANGER pour l'activité économique du département.
- "Pour l'ensemble de nos entreprises, il ne saurait être question d'accepter une telle agression fiscale à leur égard et d'en cautionner les effets notamment dans cette période de crise" déclarent dans un communiqué commun la CGPME, le MEDEF Touraine, et l'Union Profesionnelle Artisanale.
- "La Touraine n'a pas besoin de coups de frein, les entreprises tourangelles ont besoin d'une dynamisation de la commande publique. Cela passe par une volonté politique d'investissements." déclarent les mêmes.

3) Les "collègues" socialistes de Claude ROIRON n'arrivent pas aux mêmes "conclusions" fiscales qu'elle :
- à la Région, stabilité fiscale :
"quand nos concitoyens sont en situation de perte de pouvoir d'achat, il est important qu'ils ne soient pas mis davantage à contribution." déclare François BONNEAU, Président PS du Conseil Régional Centre.
- à TOUR(s)PLUS, pas de pression fiscale supplémentaire:
"...le budget 2009 permettra d'atténuer les effets de la crise..." confirme Jean GERMAIN, Président PS de la Communauté d'agglomération.

Autrement dit, avec son projet de hausse de 12 % de la fiscalité départementale, la nouvelle "patronne" socialiste a réussi :
- à faire réagir de très nombreux de nos concitoyens révoltés par la désinvolture avec laquelle sont dépensés les deniers publics,
- à casser sa majorité par la brutalité de ses décisions,
- à réunir l'ensemble des entrepreneurs de Touraine dans la contestation de l'alourdissement des charges fiscales et le constat de la baisse dramatique des investissements,
- à conduire une poliltique contraire à celle de ses propres amis politiques dans les autres collectivités locales environnantes.

Ce positionnement singulier démontre les choix calamiteux de l'exécutif du Conseil Général et en tout premier lieu de sa présidente ; elle en porte l'entière responsabilité et, pour moi la réponse à ce projet de budget "mirobolant" est évidement NON, NON et NON !
Suite à la session du Conseil Général demain matin 9h00 ...

<< 1 ... 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 >>

Mon site web
www.tours-ensemble.fr

Janvier 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31