« 10 à 15% d'augmentation des impôts pour 2009 pour le DEPARTEMENTLA 33ème GREVE DANS L'EDUCATION NATIONALE DEPUIS 2000 ! »

NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER.

27.11.08

Permalien 23:36:52, par Serge Babary Email , 630 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER.

Peut-on accepter de se contenter de polémiquer alors que des malheureux meurent de froid en région parisienne ? Le quatrième décés de SDF en un mois devrait mettre définitivement fin aux tergiversations et joutes oratoires qui semblent oublier que des hommes et des femmes sont en danger de mort !
"Les pouvoirs publics ont une responsabilité et un devoir, c'est de ne pas laisser mourir les gens" déclare le Président SARKOZY en envisageant de rendre l'hébergement des SDF obligatoire par grand froid.
Sa ministre du Logement, Christine BOUTIN, annonce à la suite le lancement d'une réflexion sur l'opportunité de rendre obligatoire la mise à l'abri des SDF quand la température descend en dessous de 6 degrés.
Cette proposition, qui peut sembler de bon sens, est condamnée unanimement par les associations qui dénoncent "une grave régression".
Il s'agit là des termes mêmes utilisés par Xavier EMMANUELLI, le fondateur du SAMU social affirmant que cette proposition "ne tient pas debout. J'y suis formellement opposé" conclut-il.
La qualité de cet intervenant dans le débat doit être prise en considération, son attitude ne peut en aucune manière être suspectée d'arrières pensées politiciennes.
Du coup le Premier Ministre y va de sa déclaration : "Il n'est pas question d'obliger les SDF à rejoindre les hébergement d'urgence en cas de grand froid".... tout en soulignant que la "non assistance à personne en danger" serait une "faute" !
C'est déjà assez confus au regard des situations dramatiques à traiter et on imagine l'interprétation des consignes pour les travailleurs sociaux chargés d'assister les SDF ; mais la conclusion de l'intervention du Premier Ministre contredit le début de son propos et j'avoue mon INCOMPREHENSION devant ses déclarations :
"On ne peut pas laisser quelqu'un, dont on sait qu'il risque de mourir, sans tenter le maximum pour essayer de le mettre à l'abri", estimant qu'il faut "par tout les moyens, convaincre ceux qui sont en danger de mort de rejoindre les centres d'hébergement, ce que, jusqu'à aujourd'hui, ils refusent".
Cette confusion verbale n'est PAS ACCEPTABLE car, dès cette nuit, à notre porte, des sans-abri risquent de mourir faute d'être secourus.
On peut éventuellement comprendre l'attitude des associations qui réclament sans relâche, depuis des années, un traitement de fond de la misère et voudraient voir résolus les problèmes d'hébergement ; malheureusement ce n'est pas le cas et pour autant elles ne doivent pas s'opposer d'une façon presque théâtrale aux mesures d'urgence.
Par ailleurs les pouvoirs publics ne sont pas restés inactifs en faveur des plus démunis : déblocage de quelque 200 millions d'euros en février dernier. Un quart de cette somme est allé à la résorption de l'habitat indigne tandis que le solde a permis de développer 12000 places dans des centres d'hébergement... Manifestement tout celà est insuffisant.
Plus sérieuse est la remarque de Nicole MAESTRACCI, présidente de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale (FNARS). Elle insiste sur les précautions à prendre avant d'avoir recours à la contrainte pour éviter que les SDF pris en charge de force ne risquent, à l'avenir, "de se cacher" dans des lieux peu fréquentés pour préserver leur tranquillité. Terrible constat, car ils pourraient y mourir dans la solitude.
Face à cette situation d'urgence absolue, je pense qu'il faut faire taire la polémique et AGIR. Mettre à l'abri du froid ceux qui sont à la rue ICI et MAINTENANT, et repousser à plus tard les discussions académiques et les pas de deux politiques !
Le problème ne doit pas être pour les uns ou les autres, agissant d'ailleurs tous par humanisme, d'avoir raison, MAIS DE SAUVER DES VIES.

5 commentaires

Commentaire de: Christophe Becker [Visiteur] Email · http://www.montours.info
Merci Serge de rappeler quelques vérités sur l'action entreprise par N. Sarkozy et son gouvernement et en particulier par Christine Boutin, ministre du Logement.

Madame Boutin n’a jamais été en faveur de l’hébergement forcé des SDF. Au contraire, elle avait affirmé en début de semaine son attachement à la liberté des personnes.
Selon sa méthode habituelle, le Président Sarkozy a posé une question taboue en vue de provoquer un débat : il y a en France des SDF qui meurent dans la rue non pas parce qu’il manque des places d’hébergement d’urgence mais parce que, pour des raisons souvent liées à une déstructuration psychique, ils ne veulent pas les occuper. Si le devoir d’assistance à personne en danger existe déjà, il reste des situations où des SDF peuvent se placer d’eux-mêmes en danger de mort en refusant d’être hébergés.

C’est un sujet de préoccupation légitime des pouvoirs publics que la déclaration de François Fillon n’élimine pas. Mme Boutin était dans son rôle de relayer ce débat. Il faudra bien avancer sur cette question à laquelle tous les acteurs de terrain sont confrontés.
La rue casse et déstructure.
L’action de Mme Boutin au ministère ne vise qu’un objectif : faire en sorte qu’un jour chaque Français soit logé correctement.
28.11.08 @ 11:51
Commentaire de: Le Sudiste [Visiteur]
C' est vrai, c' est abérrant de lire les écrits des médias et de certaine associations, Serge.
Je suis entièrement d' accord avec Christophe Becker sur les déclarations de Christine Boutin.
Il est navrant de voir des personnes dans la rue, mais que faire pour les aider ? Ils ne veulent pas d' un hébergement, ils refusent toutes assistances. Se sont là de pauvres être qui souffrent, il est urgent de faire une vrai politique du Logement. Ils y a des casernes désafectées qui pourraient faire des logement sociaux, des cliniques sur Tours qui pourraient faire des logements d' étudiants.
Laissons le Président de la République et sa Ministre Christine Boutin fairent leur travail, mais autan de laisser aller ne peuvent pas être gomé en quelques mois.
Le sujet méritait réflexions, le sera-t-il sans dénégation quelconque ?
28.11.08 @ 15:31
Commentaire de: Edouard de Germay [Visiteur] · http://toursdhorizon.over-blog.com/
Situation chaque année problématique et médiatique à l'approche de l'hiver. Mais une part de la solution, bien plus que d'aider les SDF une fois qu'il sont dans la rue, ne serait-elle pas de dépister certaines situations "à risque" très tôt, et de casser ainsi la spirale qui conduit à la rue bien avant que ses dramatiques conséquences ne soient effectives?
Pas simple à mettre en oeuvre, en particulier par un certain degré "d'ingérence" que cela comporte, mais je crois, déformation professionnelle oblige, que la prévention est ici aussi la meilleure solution.
29.11.08 @ 21:47
Commentaire de: Serge Babary [Membre] Email
Je n'ai toujours pas compris l'attitude des associations dans cette pénible affaire ; à la suite de la proposition d'hébergement obligatoire faite par Christine BOUTIN,le tollé a été immédiat : "grave régression" selon Xavier EMMANUELI, "idée bête" selon la fondation Abbé-Pierre (il s'agit pourtant bien là d'avis d'experts qui devraient être explicités). Du coup, après François FILLON, c'est le Président SARKOZY lui-même qui désavoue la ministre du logement en pronant "une assistance minimale, mais pas d'hébergemetn obligatoire" !
La réalité du terrain reste pourtant toujours la même, elle est faite de contraintes physiques et physiologiques qui tiennent de la résistance au froid des personnes à la rue.
L'hypotermie commence lorsque la température du corps descend au-dessous de 35°C. Elle peut être mortelle :
- de 35 à 32°C la personne a froid, elle frissonne et a la chair de poule. Elle se sent engourdie. Sa respiration et son pouls s'accélèrent.
- de 32 à 28°C la peau devient pêle et froide. Les lèvres et les extrémités bleuissent. Les membres ont perdu de leur souplesse. La victime commence à avoir des troubles du comportement ou des propos inappropriés. L'élocution peut être difficile. Elle ne frissonne plus.
EST-CE QUE, A CE MOMENT, ON PEUT ENCORE DEMANDER LEUR AVIS A CES PAUVRES MALHEUREUX POUR "RESPECTER" LEUR LIBERTE ?
- de 28° à 25° la peau prend un aspect cadavérique. La respiration et le rythme cardiaque sont pratiquement indétectables. La victime est en état de mort apparente, dans un coma profond. LA MORT PAR ARRET CARDIAQUE PEUR SURVENIR A TOUT MOMENT.
Tous les discours se heurtent a cette réalité ; il faut donc AGIR et mettre à l'abris les SDF dès que la température baisse (C. BOUTIN a indiqué à partir de 6°C) ; ELLE A RAISON !
..... 20 Novembre : "Un sans-abri de 55 ans a été retrouvé mort hier matin dans le IVème arrondissement de Paris, tout près de la place de La Bastille, LE SIXIEME EN UN MOIS EN REGION PARISIENNE .....
30.11.08 @ 21:22
Commentaire de: prix mutuelle [Visiteur] · http://mutuelle-prix.blogspot.fr
Agréable bon moment de lecture
Je vous suis sur Facebook
Bye
Gauthier
10.07.12 @ 18:09

Cet article a 2 réactions en attente de modération...

Laisser un commentaire


Votre adresse email ne sera pas révélée sur ce site.

Votre URL sera affichée.
(Les retours à la ligne deviennent des <br />)
(Nom, e-mail & site Web)
(Autoriser les utilisateurs à vous contacter par un formulaire de message (votre adresse email ne sera not révélée.))
Mon site web
www.tours-ensemble.fr

Septembre 2018
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << <   > >>
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30