Archives pour: Décembre 2008

30.12.08

Permalien 23:46:57, par Serge Babary Email , 630 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

NE PAS LAISSER LES GENS MOURIR DANS LA RUE !

Je souhaite revenir sur mon texte du 27 Novembre dernier intitulé :"NON ASSISTANCE A PERSONNE EN DANGER !"
J'y indiquais mon incompréhension devant la polémique succitée par les déclarations gouvernementales et présidentielles sur "l'hébergement d'office" par grand froid.
J'y voyais pour ma part une décision de bon sens pour mettre à l'abri les trop nombreux SDF passant, au risque de mourir de froid, leurs nuits dans les rues. Ce risque est malheureusement bien réel car depuis un mois plusieurs décés, dûs au froid, de personnes sans-abri ont été constatés.
La ministre du logement et de la ville, Christine BOUTIN a d'ailleurs adressé, le 24 décembre, un "message d'alerte" aux préfets pour les appeler à une "vigilance particulière" et leur demander d'adapter aux conditions climatiques le dispositif d'accueil et d'hébergement des SDF dans leur département.
Dans un article du Monde du 26 Décembre, trois EXPERTS s'opposent avec une extrême sévérité aux décisions gouvernementales sous le titre :"Pas de ramassage forcé pour les sans-abri".
On ne peut ignorer ce texte car il est signé par :
- Patrick DOUTRELIGNE, délégué général de la Fondation Abbé-Pierre,
- Xavier EMMANUELLI, président-fondateur du SAMU social
- et Patrick HENRY, pionnier des premières consultations pour SDF

Ils considèrent que "revenir à la coercition serait une lamentable régression" et affirment "fermement et un peu solennellement" que "le long travail de réconciliation avec la communauté, l'écoute et la reprise d'un contact humain effectués par des professionnels formés et motivés", que ce long apprentissage donc, est INCOMPATIBLE avec des mesures qui semblent de bon sens "mais qui sont les pires solutions".

Ce qui semble aux associations c'est qu'une "fausse bonne idée" relevant de "l'effet d'annonce" ne réponde pas à la complexité du problème ; en effet la réalité est COMPLEXE, la réalité des sans-abri recouvrant des profils très divers : personnes en souffrance psychique, jeunes en rupture familiale, migrants, anciens détenus, travailleurs pauvres ...
Autant de profils dont les souffrances ne peuvent être traitées par la coertition, selon les associations. Ce qui est résumé par Nicole MAESTRACCI, présidente de la Fédération nationale des associations d'accueil et de réinsertion sociale qui indique qu'il faut aller au-devant des personnes concernées, mais que ce n'est pas par la contrainte que l'on rétablira la confiance disparue : "Il faut d'abord se mettre à leur écoute, cerner leur besoins, leurs attentes et les suivre dans la durée" explique-t'elle.

On voit bien là les DEUX LOGIQUES qui animent l'une le Président et le gouvernement (NE PAS LAISSER LES GENS MOURIR DANS LA RUE) et l'autre les associations (METTRE L'ACCENT SUR UNE POLITIQUE COHERENTE DE PREVENTION ET DE LOGEMENT).
Cependant, la rigueur de l'hiver, le danger immédiat, la fragilité des personnes sans-abri face au froid, le risque mortel plaident sans discussion pour l'ACTION D'URGENCE qu'entreprend le Gouvernement.

D'ailleurs les français plébiscitent ces décisions : Selon un sondage TNS Sofres (2 et 3 décembre) 85% des personnes sont d'accord avec le fait d'amener en période de grand froid les sans-abri en centre d'hébergement puis de leur laisser la liberté d'y rester ou non, ce qui veut dire qu'elles n'acceptent pas de voir les gens mourir dans la rue.
Ce que Christine BOUTIN résume par :"85% des français sont favorables à ce que l'on prenne les personnes et qu'on les mette au chaud".

JE PENSE, EN EFFET, QUE C'EST CE QU'IL FAUT FAIRE DANS L'INSTANT, POUR SAUVER DES VIES ....
mais sans repousser les remontrances des associations pour l'action à moyen terme, dans la durée, pour ne pas chaque année se retrouver dans cette situation calamiteuse.

14.12.08

Permalien 22:51:52, par Serge Babary Email , 301 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

LA PRESIDENTE A LA MANOEUVRE !

Voilà bien un sujet d'une extrême importance dont la présidente du Conseil Général doit s'occuper PERSONNELLEMENT !
Pour fêter le changement d'année, à l'initiative du Conseil Général, un feu d'artifice sera tiré à hauteur du Pont Wilson à TOURS le 31 décembre.
Il s'agit tout simplement du spectacle pyrotechnique qui n'a pu être présenté lors du festival "Jour de Loire" le 31 mai dernier pour cause d'intempéries catastrophique à l'époque (on se souvient des dégâts considérables subis par notre région).
Ce feu d'artifice doit être tiré avant la fin de l'année affirme Claude ROIRON "sinon il sera perdu", laissant supposer que les fusées pyrotechniques possèdent une date de péremption comme de vulgaires yaourts !
En tout état de cause il ne semble pas que le maire de Tours ait été très enthousiaste, considérant cette initiative un peu déplacée en cette période de crise économique.
Quoiqu'il en soit, prenant directement en main ce dossier, la présidente semble avoir trouvé un arrangement et le spectacle se déroulera en bord de Loire.
Il lui restait, dit-on, à animer une ultime réunion pour régler les derniers détails de cette manifestation et en particulier la durée !
On reste stupéfait devant une telle manière de faire ; aucun vice-président n'est-il capable de suivre et piloter un tel projet ?
Il est vrai que depuis l'installation de son équipe (9 mois maintenant !) aucune délégation n'a été attribuée aux vice-présidents (cas unique dans les départements français !).
Voilà pourquoi la présidente doit tout faire .....
En même temps, la grogne se manifeste à ce sujet, certains considérant que "c'est jeter l'argent des contribuables par les fenêtres" en ces temps difficiles.

03.12.08

Permalien 22:45:18, par Serge Babary Email , 441 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

"PAS DE GESTION DE PETIT BOUTIQUIER !"

Je tiens à dénoncer les propos méprisants de la Présidente du Conseil Général, Claude ROIRON, à l'adresse du monde du petit commerce.
Voilà le point d'orgue de son propos sur les orientations budgétaires 2009 du Département d'Indre-et-Loire :
"Gérer, c'est anticiper, ET NON PAS SE COMPORTER COMME UN PETIT BOUTIQUIER GERANT LE PETIT PAS-DE-PORTE QUI LUI A ETE TRANSMIS."
Il y a dans cette phrase tout le mépris et la morgue indigne d'une responsable socialiste à l'encontre d'une catégorie sociale respectable.

Bien sûr, un BOUTIQUIER ne peut être que PETIT, c'est à dire "insignifiant", "mesquin", "à l'esprit étroit" !
Il gère évidement un PETIT PAS-DE-PORTE incapable qu'il est, le pauvre boutiquier, d'avoir développé un fond plus important !
De plus, quelle horreur, cette petite affaire méprisable, LUI A ETE TRANSMISE.... c'est donc un "héritier", une sorte de "rentier", évidement pas dans le "sens de l'histoire" et du "progré social".
Ne serait-ce pas l'archétype de "l'ennemi de classe" ce petit bonhomme réactionnaire, râleur et franchouillard ?

Hé bien, Madame la Présidente, comme il ne doit pas y avoir beaucoup de représentants de ces "petits boutiquiers" dans les sections du PS que vous fréquentez, ni parmi les élus que vous cotoyez, je met un point d'honneur à prendre la défense de cette corporation de travailleurs, durs à la peine, ne comptant pas leurs heures et fiers de leurs racines.
Figurez-vous que la gestion ils connaissent bien, ils ne font d'ailleurs que ça, gérer au plus juste les sotcks, les pertes, la trésorerie, les échéances, les garanties sur leur patrimoine, les absences impossibles, la famille sacrifiée. Et au bout, pour le moindre manquement, le moindre déficit, le risque de la fermeture, de la faillite.
Ils n'ont pas la possibilité comme vous, Madame la Présidente, de déclarer en cas d'insuffiance de recettes : " C'est pourquoi, je l'indique dès maintenant, l'augmentation de la fiscalité sera de 10 à 15% en 2009. Les contraintes ntionales et locales nous y obligent."

Je suis fier d'appartenir à ce milieu du commerce et de l'artisanat tant décrié par des pseudo-intellectuels incapables sans doute de ne pas mener à la faillite la moindre boutique de quartier.
Et puis ce milieu, il a parfois de belles pousses, souvenez-vous de la fille de l'épicier, Margareth THATCHER, une VRAIE Dame de Fer celle-là, parcequ'elle savait ce qu'était la gestion prudente d'un boutiquier et le respect du travail de tous ces soutiers de l'économie éloignés des emplois protégés et des gros chèques de fin de mois ; les fins de mois ils en assurent seuls l'équilibre !

02.12.08

Permalien 23:19:50, par Serge Babary Email , 475 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

10 à 15% d'augmentation des impôts pour 2009 pour le DEPARTEMENT

Les Orientations Budgétaires 2009 présentées aujourd'hui au Conseil Général ont donné lieu à un âpre débat. Contrairement à ses promesses de campagne la majorité socialiste se dirige vers une hausse des impôts d'environ 12% ; ce taux ne faisant pas forcément l'unanimité dans son groupe, la présidente a "tranché" en concluant son propos par une fouchette de 10 à 15% ; son premier vice-président plaidait pour un taux inférieur à 10% .... Il ne sera donc pas entendu lors du vote du budget 2009 le 16 Janvier prochain.

Les arguments pour justifier cette dérive sont toujours les mêmes :
- désengagement de l'Etat (comme d'habitude !)
- héritage calamiteux de l'équipe précédente (malgré les rapports favorables de la Cour Régionale des Comptes et du Payeur Départemental)
- budget 2008 présenté par l'ancienne majorité d'une façon "insincère" (grave accusation non argumentée)
- résultats détestables de la politique du gouvernement et de l'action du Président de la République (air connu...)
- peut-être quand même aussi un peu la crise financière et économique mondiale !

Face à une telle situation que ferriez vous ? (si toutefois vous n'êtes pas totalement imprégné de l'idéologie socialiste): vous pensez sans doute tout de suite qu'il faut maintenir les dépenses d'investissements (pour donner du travail aux entreprises et donc sauvegarder l'emploi) et limiter d'une façon rigoureuse les dépenses de fonctionnement pour ne pas peser fiscalement sur les contribuables déjà touchés par la crise et sur les entreprises qui font face à des difficultés de fonctionnement reconnues par tous.
Hé bien pas du tout ! Voici l'éternelle potion magique socialiste :
- on baisse les investissements (de 119 Millions à 113 Millions d'euros).( -5 points de fiscalité)
- on augmente les frais de fonctionnement (40 embauches, frais de représentation... ( +17 points de fiscalité)
Et donc on propose une hausse d'environ 12 % pour équilibrer tout ça.

La Présidente Claude ROIRON se dit "contrariée" de devoir augmenter la fiscalilté ! Beaucoup moins contrariée sans doute que les citoyens-contribuables qui ont cru (une fois de plus !) aux promesses de la Gauche ; et beaucoup moins contrariée aussi que les chefs d'entreprises qui subissent ainsi une augmentation de leurs charges (calculée pour la TAXE PROFESSIONNELLE sur leurs investissement) au plus mauvais moment.
Que dire des entreprises située sur le territoire du SITCAT (Syndicat des transports de l'aglomération tourangelle) qui voient en même temps le versement transport passer de 1,35 à 1,80 % des salaires, ce qui correspond à une hausse de 33 % !!!!! (ce n'est pas rien, celà représente une ponction de 44,2 Millions d'Euros !)
Toujours les bonnes vieilles méthodes anti-économiques : ON TAXE L'EMPLOI et L'INVESTISSEMENT comme au bon vieux temps.
Donc en résumé, en Indre-et-Loire pour 2009, ON TAXE LES INVESTISSEMENTS DES ENTREPRISES POUR PAYER LES FRAIS DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL GENERAL !

Mon site web
www.tours-ensemble.fr

Décembre 2008
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30 31