Archives pour: Octobre 2009

10.10.09

Permalien 19:12:38, par Serge Babary Email , 212 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

9 OCTOBRE 1989 : LEIPZIG

Un mois jour pour jour avant la chute du mur de BERLIN, un événement précurseur se déroule à LEIPZIG le 9 Octobre 1989.
Ce jour-là, bravant la menace d'une répression sanglante, une foule considérable venant de toute la RDA se rassemble pour manifester pacifiquement. Les autorités ont mobilisé 5.000 policiers tablant sur la crainte de la population à manifester ; il attendent au mieux 25.000 manifestants .... Il en arrive 70.000 ! La ville est investie, submergée !
"Nous sommes le Peuple" clame avec dignité cette foule immense. Malgré sa police, ses indicateurs, sa STASI, ses militants du SED, le pouvoir communiste prend la mesure du désaveu qui le frappe maintenant.
Dans la deuxième ville de la République Démocratique Allemande, les citoyens par leur mobilisation courageuse on ouvert la route aux événements qui, un mois après, verront la chute du Mur et la fin de la dictature communiste.
Rappelons que le coeur de la résistance était centré sur l'église Saint-Nicolas où, malgré la présence incessante des indics et provocateurs du régime, des prières pour la paix étaient organisées depuis 1982.
C'est aussi dans ces soubresants d'il y a 20 ans que l'EUROPE doit puiser les exemples de courage qui lui ont permis de se retrouver unie.

06.10.09

Permalien 23:26:40, par Serge Babary Email , 626 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

LIGNE A GRANDE VITESSE Sud Europe Atlantique

L'énorme projet LGV SEA est venu en discussion au Conseil général suite à la demande du Secrétaire d'Etat aux Transports de faire participer les départements traversés au financement de cette infrastructure.
La participation de l'Indre-et-Loire représente environ 0,25 % du coût prévisionnel de réalisation de la LGV (entre Tours et Bordeaux), 50% étant pris en charge par le future concesssionnaire et 26,89% par l'Etat.
Ce taux relativement faible de la participation sollicitée du Département représente cependant 19,50 Millions d'euros (rapportés aux 7,141 milliards d'euros du projet total).
La majorité de gauche du CG n'a pas souhaité accéder à la demande formulée par Dominique BUSSEREAU, considérant que cette infrastructure risquait d'avoir "sensiblement plus de conséquences néfastes pour la Touraine, en termes de nuisances, de désorganisation agricole et de fractionnement du territoire, que de retombées positives".
Pour ma part, considérant la faiblesse des arguments mis en avant pour ne pas participer à ce financement, je suis intervenu sur différents points de ce dossier :
- En rappelant tout d'abord la "légerté" des arguments avancés car c'étaient à peu près les mêmes qui étaient mis en avant par les adversaires du Chemin de Fer lors de l'inauguration de la première ligne entre Paris et St-Germain-en-Laye en 1848 ! (nuisances, fractionnement du territoire et désorganistion agricole !).(et qui pourraient être d'ailleurs opposés au Conseil Général lui-même par tous les opposants au moindre projet d'aménagement !).
- en admettant que l'on pouvait refuser ce financement pour des raisons de "principe" en affirmant :"c'est le rôle de l'Etat".
- en admettant que l'on pouvait refuser également pour des raisons financières ( 19,5 Millions d'euros, étant donné la situation budgétaire de notre département ....
- en précisant qu'il s'agit d'un grand projet dont l'objectif est de "désenclaver" le sud-ouest de notre pays : la région Aquitaine, la Région Poitou-Charentes et Midi-Pyrénnées.
- en précisant également qu'il s'agit de relier ces régions-là aux grandes capitales européennes déjà desservies par le TGV (Bruxelles, Londres, Amsterdam (il y a donc une vision d'aménagement continental).
- en mettant en valeur d'autres arguments positifs démontrant qu'un tel projet doit répondre à une sorte d'alternative au mode de transport par route. En effet, dans le cadre du Grenelle de l'Environnement, l'autoroute au sud de Tours ne sera jamais mise à deux fois trois voies et l'ouverture de la LGV ouvre une réelle alternative pour les déplacements.
- en constatant qu'actuellement, sur la voie "historique", les rames de TGV circulent à vitesse réduite ! Et que sur cette même voie circulent à la fois les TGV, mais aussi du Fret et les TER !
L'ouverture de la nouvelle ligne permettrait donc de dégager de nouveaux sillons pour le transport du Fret et celui des TER entre Tours et Bordeaux, alors que les TGV circuleraient "à grande vitesse" sur la nouvelle ligne LGV.
- en affirmant que cette disposition permettrait de faire baisser de 15% le transport par poids lourds sur cet axe NORD-SUD Europe.
- en dénoncant le double language qui consiste à réclamer le transfert du fret des poids lourds vers le train et à mettre en avant des arguments et des postures politiciennes qui empêchent une telle utilisation.
- enfin en démontrant que la LGV aurait aussi des avantages sur le plan du développement durable en rendant moins interessante l'utilisation du transport aérien sur les destinations désservies tel que celà a déjà été démontré sur la nouvelle portion Paris-Strasbourg.

Pour toutes ces raisons notre groupe s'est abstenu pour ne pas cautionner la position négative de principe de la gauche.

03.10.09

Permalien 18:52:44, par Serge Babary Email , 379 mots   French (FR)
Catégories: Non catégorisé

COMME UNE LETTRE A LA POSTE !

Peut-on ériger le mensonge comme forme ultime d'argumentaire politique ?
On doit vraiment se poser la question en voyant la débauche de démagogie développée autour du projet de changement de statut de la Poste !
Voilà les faits : Le marché des services postaux sera totalement ouvert pour le 31 décembre 2010 dans la majorité des Etats membres de l'Union Européenne (Directive postale 2008/06/CE).
Pour augmenter les moyens de LA POSTE dans cette perspective, le Gouvernement s'engage à augmenter son capital de 2,7 milliards d'euros permettant ainsi sa modernisation.
Il est alors nécessaire de changer le statut de cet Etablissement public en le transformant en société anonyme dont l'ETAT et la CAISSE des DEPOTS détiendront 100% du capital.
IL NE S'AGIT DONC PAS D'UNE PRIVATISATION, mais d'une ETATISATION ABSOLUE !!!
De plus les missions de service public sont maintenues et garanties par la LOI et LA POSTE continuera à les remplir :
- service universel du courrier,
- Contribution à l'aménagement du territoire,
- Transport et distribution de la presse,
- Accessibilité bancaire.
LA PRESENCE TERRITORIALE DE LA POSTE EST GARANTIE ! LES 17.000 POINTS DE POSTE SERONT CONSERVES.
Face à celà, qui est la vérité des faits, 62 partis de gauche, syndicats, et associations regroupés au sein du CNCPP (Comité national contre la privatisation de LA POSTE) se mobilisent depuis des semaines.
L'action la plus symbolique est cette "votation citoyenne" (toujours cette novelangue socialisante"!) qui agite tout ce petit monde bloqué dans une posture purement idéologique, faite d'opposition systématique et de mauvaise foi.
Car il faut bien réformer LA POSTE, et lui permettre d'évoluer dans un environnement très prochainement concurrentiel. Le volume de courrier baisse, peut-être jusqu'à 30% de moins d'ici 2015 avec le développement d'Internet !
Il faut donc innover et se donner les moyens d'affronter la concurrence. IL N'EST NUL PART QUESTION DE PRIVATISATION, LES IDEOLOGUES MENTENT TOUT SIMPLEMENT!!!!!
Un rappel tout de même : en 1997 le Gouvernement JOSPIN adoptait, au niveau européen, un texte qui actait la "libéralisation des services postaux" jugeant qu'elle était "nécessaire" au secteur lui-même ......
Qu'il est doux d'être dans l'opposition, on peut dire n'importe quoi... et même se renier !
Franchement, avec une telle attitude, les socialistes pensent-ils gagner en crédibilité pour revenir au pouvoir ?

Mon site web
www.tours-ensemble.fr

Octobre 2009
Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
 << < Courant> >>
      1 2 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 13 14 15 16 17 18
19 20 21 22 23 24 25
26 27 28 29 30 31